forêt bois transformation industries innovation

Exercice de visualisation d’une Mauricie prospère

Article paru dans www.bloguemauricie.ca le 18 novembre 2014 sous le titre :

Quand on arrive au bout, ça revire !

Note de Sylvie Rioux : Lors de mon dernier blogue d’octobre, j’ai expliqué l’expression de gars de bois qui dit: Quand tu arrives au bout, ça revire! (prononcer ici boutte). Dans cette 2ème partie,  je vous présente mon deuxième rêve pour une Mauricie prospère que j’ai tenté à nouveau d’illustrer par un poster.

A part la force hydraulique mauricienne, une autre grande richesse est à l’origine d’une Mauricie prospère. Cette richesse couvre 85% du territoire mauricien. Malheureusement, elle est devenue impopulaire auprès des jeunes et moins jeunes avec la mauvaise publicité faite sur son exploitation du passé et suite à la fermeture de plusieurs usines en Mauricie. Avez-vous devinez à quelle richesse je fais allusion ?

La magnifique forêt mauricienne a été et demeure toujours une grande richesse pour notre région. Les créneaux plus traditionnels du colombage (2×4), du papier journal et du meuble ont créé énormément d’emplois dans les usines de la région. Aujourd’hui, je ne veux pas vous entretenir du passé et des mésaventures de l’industrie forestière. L’actualité récente est remplie d’histoires tristes et j’en ai vécues moi aussi dans mon parcours professionnel.

J’aimerais plutôt nous faire visualiser avec le poster ci-dessous les usages innovateurs et en forte croissance du bois : des vêtements aux pièces automobiles, des cosmétiques aux produits chimiques, en passant par l’utilisation de système de construction avancés pour nos édifices non résidentiels de 6 étages et moins. L’utilisation des énergies et des bio-produits «verts » dans la production de biens de consommation traditionnels est également dans l’air du temps et sera bénéfique pour notre économie et pour notre environnement puisqu’elle permettra de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles.

À titre d’exemple, en juin dernier, Kruger Trois-Rivières a démarré une usine pilote qui produit des filaments de cellulose (FC) de haute qualité pour les marchés internationaux. Les FC sont appelés à devenir un des nouveaux produits clés qui permettra la transformation de l’industrie des pâtes et papiers en une nouvelle industrie florissante.

Le bois demeure, à mon avis, un des meilleurs matériaux durables et renouvelables que la nature nous ait donné. Sa fibre, son contenu en cellulose et en lignine offrent milles et une possibilités dans les domaines économiques de pointe. Ces industries créent de plus en plus d’emplois au Canada et ailleurs dans le monde. Pourquoi ne pas en attirer ici en Mauricie avec les volumes de bois libérés par les fermetures d’usines et les tarifs hydro-électriques avantageux? Pourquoi Trois-Rivières ne deviendrait-elle pas à nouveau la capitale, non pas des pâtes et papiers, mais la capitale internationale des fibres de cellulose?

Et voilà mon autre rêve pour une Mauricie prospère. Évidemment, rêver n’est pas assez. Il faut passer à l’action ensuite et appuyer les actions de ceux qui ont déjà cette vision. Quand nous sommes plusieurs à avoir le même objectif et la même vision, nous sommes plusieurs à passer à l’action de façon concertée et efficace.

Pour en savoir plus: http://www.fpac.ca/publications

Projet de Kruger:  http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/economie/201411/17/01-4819589-cellulose-debut-prometteur-pour-kruger.php

hors-des-sentiers-battus1

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *