Conte de Noël pour gestionnaires débordés

Le Noël où j’ai arrêté de courir comme une poule pas de tête!

Préambule :courir comme une poule pas de tête gestion du temps et des priorités

J’ai écrit ce conte de Noël en 2013 pour le journal d’une équipe de gestionnaires forestiers, mes clients. Je constate auprès de mes nouveaux clients qu’il est toujours d’actualité. J’aimerais dédier à nouveau ce conte aux jeunes et moins jeunes gestionnaires dévoués à leur travail et à leur famille qui arrivent très essoufflés à la période des fêtes.

En passant, l’expression ‘’courir comme une poule pas de tête’’ provient de nos ancêtres (ceux qui élevaient leur nourriture !). Lorsqu’ils faisaient boucherie, après avoir coupé la tête d’une poule vigoureuse, il arrivait souvent que le corps de la poule coure dans tous les sens par ultime réflexe. 

À l’époque où j’étais une jeune gestionnaire inexpérimentée à l’égo sur-dimensionné, il m’est arrivé de ne plus savoir où donner de la tête et d’avoir le sentiment de courir comme ‘’une poule pas de tête’’. Un beau vendredi matin, avant les vacances des Fêtes, j’ai réussi, de peine et de misère, à me rendre au boulot au volant de ma vieille bagnole par le chemin enneigé et glacé.

Je constate alors que :

      • Trois collègues m’attendent de pied ferme devant mon bureau. Note à moi-même: installer un système de ticket à numéro comme à l’hôpital.
      • Le voyant rouge de mon téléphone clignote m’indiquant 4 appels en absences et 3 messages (svp, faites que ce soit des faux numéros ou mon père qui veut me demander la recette de dinde Ricardo!).
      • Ma boîte de courriel déverse 82 messages (oh! Mon Dieu! Pas des convocations de réunion ou des plaintes clients ! Des pourriels svp ou des courriels en cc faciles à supprimer!).

Mon vieux collègue de travail, Stan, à quelques mois de sa retraite, m’a observée toute la journée de ses yeux bridés par de longues journées à travailler au grand air. Vers 17h, il débarque nonchalamment dans mon bureau alors que j’ai enfilé mon manteau et m’apprête à courir éteindre d’autres feux: épicerie, achats de cadeaux, etc., etc.

Ce cher Stan s’assoit confortablement dans MON fauteuil de bureau et me demande:

Aille, la P’tite, connais-tu la boîte d’Eisenhower ?

Je dois vous préciser ici que tous mes collègues avaient adopté le surnom dont m’avait affublé Stan dès mon arrivée dans l’entreprise: La P’tite. Je détestais ce surnom car je croyais que je ne pourrais jamais devenir crédible auprès de mes employés et collègues avec un tel surnom! Mais bon, à l’époque, je devais peser 110 lbs habillée et trempée et j’ai dû bâtir ma crédibilité autrement (voir mon blogue: ma première leçon de vie en leadership).

La boîte de qui? – Demandai-je, excédée.

Ah! Les jeunes cadres dynamiques qui croient tout connaître … – Murmure-t-il dans sa barbe de 5 jours.

Puis, il dépose ses longues jambes et ses bottes à cap sur MON bureau et me répond :

Ne sais-tu pas que Eisenhower a été général des Forces armées des États-Unis durant la 2e guerre mondiale et le 34e président des États-Unis ? Il savait, lui, démêler l’urgent de l’important.

Ouin pis, pensais-je. Croyez-moi, j’aimais beaucoup Stan. Je respectais sa grande expérience et sa sagesse. Toutefois, il avait un sérieux problème de timing quand il décidait de nous partager ses précieux conseils. On le surnommait, entre nous, le vieux sacre-québécois-censuré de haïssable. Résignée, je prends une longue inspiration par le nez, je rallume et me rassoie en face de lui sur la petite chaise de bois des visiteurs.

Stan poursuit tranquillement:

Eisenhower disait : Ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent est rarement important. Le truc, la P’tite, c’est de démêler l’urgent de l’important ! Tiens, voici ! je t’offre ce précieux cadeau de Noël !

Puis, il me tend un carton grossièrement décoré de vieux choux de Noël ayant connu de meilleurs temps des fêtes.

Cadeau de stan

 

Il commence à m’expliquer son cadeau en me pointant chaque cadran de son index jauni par la nicotine:

Le cadran I, la p’tite, c’est un feu à éteindre! C’est urgent et important. C’est une action à prendre immédiatement, généralement à faire soi-même tant l’enjeu est grand. Si cette action était connue de longue date, apprends à éviter la procrastination! Sinon je pense, la P’tite, que t’as besoin du stress et d’adrénaline comme drogue dure pour fonctionner  ?

Le cadran II: C’est le non urgent et important. Par exemple, les objectifs importants pour ton équipe ou pour l’entreprise. C’est souvent les activités de prévention ou d’amélioration. Attention! : Si elles sont souvent agréables ou à valeur ajoutée, elles peuvent prendre beaucoup de temps et doivent être planifiées avec soin et parfois partagées.

Le cadran III: C’est urgent, mais donc non important. Par exemple, les interruptions constantes! Tes employés qui débarquent toujours les baguettes dans les airs avec des problèmes, mais rarement avec des solutions ? Tu vois de qui je parle ?

Le cadran IV: C’est le pas urgent & le pas important.  Les distractions qui nuisent à ta concentration et à ton efficacité, comme les sonnettes t’indiquant un texto ou un courriel, les discussions qui ne mènent à rien, etc. Il faut les mettre en attente, voire à les supprimer tout simplement.

Je remercie Stan, pensant que la leçon est terminée, mais il reprend de plus belle:

La P’tite, si tu veux arrêter de courir comme une poule pas de tête, tu dois:

1.      Mieux t’organiser : répartis tes tâches en fonction de leur importance et de leur urgence. Ta priorité sera l’important et l’urgent.

2.      Planifier les tâches importantes non urgentes : Les tâches importantes, mais non urgentes, doivent être faites, car elles sont souvent déterminantes pour s’améliorer avec ton équipe. Ce sont souvent des activités pour prévenir les feux en santé&sécurité et en qualité.

3.      Déléguer les tâches urgentes non importantes : identifie celles que tu peux déléguer à tes équipiers ou à tes employés. Cette action simple te permet de te libérer du temps en plus de valoriser tes employés en les impliquant et en les responsabilisant.

4.      Songe à abandonner ou à renoncer aux tâches non urgentes non importantes. Pose-toi la question : Les tâches non importantes et non urgences méritent-elles que j’y accorde mon temps ?

Sur ce, Stan se lève péniblement en frottant ses reins puis me donne un bec sonore et piquant sur chaque joue. Il attache son manteau et remet sa tuque en place et me dit :

Je dois te laisser la P’tite, je suis pressé. J’ai une tâche ultra urgente et importante à faire. C’est moi qui fais le père Noël dans le foyer de vieux de ma mère ce soir et je m’occupe aussi de la musique pour que tous aient l’esprit de Noël dans leur vieux coeur. Joyeuses fêtes à toi et profite de ce moment pour te reposer les nerfs et le hamster de cerveau. Passe du bon temps avec les gens importants dans ta vie!

Et vous ? comment se passe votre fin d’année ? Est-ce vous vous reconnaissez dans la P’tite ou en Stan ? N’hésitez pas à partager mon billet sur vos médias sociaux ou directement par courriel aux gestionnaires de votre entourage que vous voyez courir comme des poules pas de tête !

Je joins mes voeux à Stan, qui se tient sûrement sur un nuage proche du p’tit Jésus. Je vous souhaite un fabuleux temps des Fêtes avec votre famille et vos amis ! Au plaisir de partager et d’échanger avec vous en 2016 !

Sylvie Rioux consultante experte en amélioration continue

 

 

13 réponses
  1. Avatar
    Gaëtan dit :

    Ah Sylvie ! Tu m’as fait sourire ce matin avec conte. Même si on connaît les bases de ces quadrants, on a trop tendance à les oublier. Qu’il est bon de le rappeler une fois de temps à autre. Et tu as trouvé une belle façon originale pour le faire. Un peu de ta couleur quoi !
    Joyeuses Fêtes Sylvie !

    Répondre
  2. Avatar
    Julie Plamondon dit :

    C’est dimanche matin 15 décembre, je viens de m’installer pour travailler (pour arriver à Noël en même temps que tous le monde) et je décide de lire ton compte (probablement non important, non urgent). Merci pour le rappel, je vais tenter d’étiqueter les items de mes « to do lists », IU, INU, UNI, NUNI (I = Important, U = Urgent, N = Non). Je pourrais même leur associer un code couleur (plus visuel). Bon, je vais réévaluer ma liste ou bien faire mon top IU ? Merci Sylvie, j’aime te lire, continue de nous alimenter. Joyeuses fêtes à tous et à toutes !

    Répondre
    • Avatar
      Sylvie Rioux dit :

      Ah! Julie! Tu m’as bien fait rire! Pour une artiste comme toi, je recommande toute une panoplie de belles couleurs vives pour te rappeler la matrice. Incluant un beau carré vers à pois rose pour toujours te rappeler l’importance de l’amitié de filles dans nos vies 🙂 je te souhaite de fabuleuses fêtes avec ta famille!

      Répondre
    • Avatar
      Sylvie Rioux dit :

      Ah! Julie! Tu m’as bien fait rire! Pour une artiste comme toi, je recommande toute une panoplie de belles couleurs vives pour te rappeler la matrice. Incluant un beau carré vers à pois rose pour toujours te rappeler l’importance de l’amitié de filles dans nos vies 🙂 je te souhaite de fabuleuses fêtes avec ta famille!

      Répondre
  3. Avatar
    Marcel Bertrand dit :

    Sacrée petite. Tu es toute petite et tellement grande. Si non Stan ne prendrait pas son temps pour te tenir ce discours… Mais j’espère que je ne me suis pas conduit en Idiot en prenant de mon temps pour écrire ces quelques mots, si non à quoi servirait cette importantissime leçon.

    Répondre
  4. Avatar
    Jean Lionnel dit :

    Merci Sylvie pour ce compte!!!!!j’avoue que ça me bouscule un peu car depuis je me demandais bien comment j’allais faire pour tout faire et être partout à la fois.
    Là je pense que c’est un beau rayon de soleil qui arrive au milieu des sombres nuages qui obscurcissait mon horizon.je vais tout revoir et réorienter ma stratégie pour ces quelques jours entre la fin et le début de l’année.
    Je te souhaites de très bonnes fêtes et surtout de bons moments avec les personnes importantes pour toi.

    Répondre
    • Avatar
      Sylvie Rioux dit :

      Bonjour Jean,
      Je suis heureuse que mon conte vous ait plus. Je note que vous avez même écrit un beau lapsus (compte au lieu de conte) tellement vous semblez dans l’urgent ;0) Je pense que le temps des fêtes est un bon moment pour réfléchir, prioriser et même faire des lectures inspirantes. Merci de m’avoir lu et de votre commentaire. Joyeuses fêtes et bon début 2016!

      Répondre
      • Avatar
        Sylvie Rioux dit :

        En passant, si vous cliquez sur l’image du cageau de Stan, vous pourrez l’imprimer grand format et l’afficher bien en vue sur votre babillard. À regarder souvent surtout en période trop intense ! ;0)

        Répondre
  5. Avatar
    panguetouka dit :

    Bonjour;

    tout simplement sublime pour une période de noël. Il y a des évidences dont on ne fait pas souvent attention!

    Grand Merci de nous les rappeler et chapeau à ce cher STAN.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *